Les bibliothèques de la Renaissance et le contrôle des livres: le cas du Portugal

Research output: Contribution to journalArticle

Abstract

L’histoire des bibliothèques à la Renaissance ne saurait échapper à celle du contrôle des livres, au sens où l’on parle de celui des idées. La présente étude limite son champ à un pays qui présente des caractères à la fois communs et spécifiques à cette problématique. Ajoutons d’emblée que le cas portugais est fortement solidaire de l’espagnol par leurs législations inquisitoriales respectives et les aspects liés à la circulation du livre, tributaires de l’histoire de la Péninsule. Inversement aussi, la question de la censure des livres est inséparable de celle de la collection à laquelle ils appartiennent puisque, c’est là un truisme, tous ont à un moment ou à un autre appartenu à une bibliothèque. Réfléchir conjointement sur l’une et l’autre de ces histoires, la collection et le contrôle, revient en outre à étudier divers facteurs qui ne sont en général pas observables directement. Les sources utilisées, en particulier les catalogues et listes d’inventaire, ne décrivent ni ne comptabilisent les phénomènes susceptibles de nous intéresser. Le catalogue de la bibliothèque du palais-monastère royal de Mafra mentionne chaque ouvrage interdit mais ce cas, unique dans la catalographie portugaise, remonte au début du xixe siècle. Pour une part, cette étude devra donc recourir aux méthodes de reconstitution : du livre interdit à la bibliothèque et/ou inversement. Notre objectif ne saurait donc envisager de fournir des données globales d’effectivité, notamment de type statistique, en termes de pourcentage…
Original languageFrench
Pages (from-to)85-103
Number of pages19
JournalRéforme, Humanisme et Renaissance
Volume88
Publication statusPublished - 2019

Keywords

  • história do livro
  • Bilbiotecas
  • renascimento

Cite this