Le totémisme hier: obsessions naïves d'un débat anthropologique

Research output: Chapter in Book/Report/Conference proceedingChapter

Abstract

Dans l'œuvre capitale de l'anthropologie victorienne, La Civilisation primitive d'Edward Tylor, le totémisme n'était qu'une petite branche du grand arbre de l'animisme, mais il y eut des gens disposés à y voir le tronc de l'évolution religieuse universelle. C'est le cas notamment de l'orientaliste William Robertson Smith. Sans être un spécialiste des peuples primitifs, il influença à son tour toute une pléiade de savants des deux côtés de la Manche ou dans les pays germaniques. On peut même dire que l'impact majeur du débat totémique, à l'extérieur de la communauté d'anthropologues obsédés par les faits australiens, fut cette idée d'étape obligatoire de l'histoire des religions, ce qui affectait les domaines sacro-saints de l'Antiquité classique et orientale et bien évidemment la perception du Christianisme. Salomon Reinach en France ou Frank Byron Jevons en Angleterre illustrent de façon presque caricaturale cette tendance. Le Totem et tabou de Freud en fut aussi redevable. Mais quoi dire de Durkheim, lui qui trouva dans le totémisme les formes élémentaires de la vie religieuse? Cette question est posée à titre d'illustration, pour tenter un état des lieux du débat totémique en 1913, en particulier de la problématique, à la fois marginale et centrale, de la place du totémisme dans l'évolution religieuse universelle.
Original languageFrench
Title of host publication1913, la recomposition de la science de l’Homme
EditorsChristine Laurière
Place of PublicationParis
PublisherBérose. Encyclopédie internationale des histoires de l'anthropologie,
Pages178-195
Number of pages17
ISBN (Electronic)978-2-11-151957-2
Publication statusPublished - 2015

Publication series

NameLes Carnets de Bérose
Number7
ISSN (Print)2266-1964

Keywords

  • Evolutionism
  • Totemism
  • Émile Durkheim
  • History of Anthropology

Cite this