Le chant tropé à travers l’exemple des épîtres farcies

Research output: Contribution to conferencePaper

Abstract

Les tropes sont des additions littéraires et/ou musicales à des chants liturgiques. Selon le principe de la glose, elles commentent et embellissent les chants des principales fêtes. Alors que les premiers tropes sont notés dans les manuscrits musicaux les plus anciens, il faut attendre le XIe siècle pour voir apparaître les premières épîtres tropées en latin (également appelées « épîtres farcies »). Elles s’effaceront peu au peu au cours du XIIIe siècle pour laisser place aux épîtres tropées en langue vulgaire. Ma communication s’intéressera à une catégorie bien particulière d’épîtres tropées, sans doute la plus intrigante : celles qui utilisent comme tropes des extraits de chants liturgiques préexistants. Les compositeurs ont ainsi inséré entre les phrases de l’épître des phrases musicales prises à d’autres chants. Je m’intéresserai tout particulièrement aux procédés d’insertion de ces tropes au sein de l’épître et à l’adaptation des mélodies d’origines et de natures diverses.
Original languageFrench
Publication statusPublished - 2016
Event26e colloque international d'art roman: Parler, crier, chanter : la voix à l'époque romane - Halle aux Grains, Issoire, France
Duration: 21 Oct 201622 Oct 2016
Conference number: 26

Conference

Conference26e colloque international d'art roman
CountryFrance
CityIssoire
Period21/10/1622/10/16

Cite this

Boudeau, O. (2016). Le chant tropé à travers l’exemple des épîtres farcies. Paper presented at 26e colloque international d'art roman, Issoire, France.
Boudeau, Océane. / Le chant tropé à travers l’exemple des épîtres farcies. Paper presented at 26e colloque international d'art roman, Issoire, France.
@conference{d86a3ac9535c4657987f8e786097a4e3,
title = "Le chant trop{\'e} {\`a} travers l’exemple des {\'e}p{\^i}tres farcies",
abstract = "Les tropes sont des additions litt{\'e}raires et/ou musicales {\`a} des chants liturgiques. Selon le principe de la glose, elles commentent et embellissent les chants des principales f{\^e}tes. Alors que les premiers tropes sont not{\'e}s dans les manuscrits musicaux les plus anciens, il faut attendre le XIe si{\`e}cle pour voir appara{\^i}tre les premi{\`e}res {\'e}p{\^i}tres trop{\'e}es en latin ({\'e}galement appel{\'e}es « {\'e}p{\^i}tres farcies »). Elles s’effaceront peu au peu au cours du XIIIe si{\`e}cle pour laisser place aux {\'e}p{\^i}tres trop{\'e}es en langue vulgaire. Ma communication s’int{\'e}ressera {\`a} une cat{\'e}gorie bien particuli{\`e}re d’{\'e}p{\^i}tres trop{\'e}es, sans doute la plus intrigante : celles qui utilisent comme tropes des extraits de chants liturgiques pr{\'e}existants. Les compositeurs ont ainsi ins{\'e}r{\'e} entre les phrases de l’{\'e}p{\^i}tre des phrases musicales prises {\`a} d’autres chants. Je m’int{\'e}resserai tout particuli{\`e}rement aux proc{\'e}d{\'e}s d’insertion de ces tropes au sein de l’{\'e}p{\^i}tre et {\`a} l’adaptation des m{\'e}lodies d’origines et de natures diverses.",
author = "Oc{\'e}ane Boudeau",
note = "SFRH/BPD/104541/2014; null ; Conference date: 21-10-2016 Through 22-10-2016",
year = "2016",
language = "French",

}

Boudeau, O 2016, 'Le chant tropé à travers l’exemple des épîtres farcies' Paper presented at 26e colloque international d'art roman, Issoire, France, 21/10/16 - 22/10/16, .

Le chant tropé à travers l’exemple des épîtres farcies. / Boudeau, Océane.

2016. Paper presented at 26e colloque international d'art roman, Issoire, France.

Research output: Contribution to conferencePaper

TY - CONF

T1 - Le chant tropé à travers l’exemple des épîtres farcies

AU - Boudeau, Océane

N1 - SFRH/BPD/104541/2014

PY - 2016

Y1 - 2016

N2 - Les tropes sont des additions littéraires et/ou musicales à des chants liturgiques. Selon le principe de la glose, elles commentent et embellissent les chants des principales fêtes. Alors que les premiers tropes sont notés dans les manuscrits musicaux les plus anciens, il faut attendre le XIe siècle pour voir apparaître les premières épîtres tropées en latin (également appelées « épîtres farcies »). Elles s’effaceront peu au peu au cours du XIIIe siècle pour laisser place aux épîtres tropées en langue vulgaire. Ma communication s’intéressera à une catégorie bien particulière d’épîtres tropées, sans doute la plus intrigante : celles qui utilisent comme tropes des extraits de chants liturgiques préexistants. Les compositeurs ont ainsi inséré entre les phrases de l’épître des phrases musicales prises à d’autres chants. Je m’intéresserai tout particulièrement aux procédés d’insertion de ces tropes au sein de l’épître et à l’adaptation des mélodies d’origines et de natures diverses.

AB - Les tropes sont des additions littéraires et/ou musicales à des chants liturgiques. Selon le principe de la glose, elles commentent et embellissent les chants des principales fêtes. Alors que les premiers tropes sont notés dans les manuscrits musicaux les plus anciens, il faut attendre le XIe siècle pour voir apparaître les premières épîtres tropées en latin (également appelées « épîtres farcies »). Elles s’effaceront peu au peu au cours du XIIIe siècle pour laisser place aux épîtres tropées en langue vulgaire. Ma communication s’intéressera à une catégorie bien particulière d’épîtres tropées, sans doute la plus intrigante : celles qui utilisent comme tropes des extraits de chants liturgiques préexistants. Les compositeurs ont ainsi inséré entre les phrases de l’épître des phrases musicales prises à d’autres chants. Je m’intéresserai tout particulièrement aux procédés d’insertion de ces tropes au sein de l’épître et à l’adaptation des mélodies d’origines et de natures diverses.

M3 - Paper

ER -

Boudeau O. Le chant tropé à travers l’exemple des épîtres farcies. 2016. Paper presented at 26e colloque international d'art roman, Issoire, France.